Recevoir les alertes d’emploi sur Whatsapp ou Telegram

WHATSAPP            TELEGRAM          X (TWITTER) 

CONSULTANT(E) INTERNATIONAL (E) EN APPUI A LA MISE A JOUR DE LA POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE

Secteur de tutelle : Field Office

Lieu d’affectation: Kinshasa

Catégorie d’emplois: Éducation

Type de contrat : Personnel non permanent

Durée du contrat : De 1 à 6 mois

Recrutement ouvert à : Candidats externes

Clôture des candidatures (minuit heure de Paris) : 30-JUIN-2024

 

Valeurs fondamentales de l’UNESCO : Engagement envers l’Organisation, intégrité, respect de la diversité, professionnalisme

 

RESUME DES FONCTIONS DU POSTE

 

1. Contexte et justification

 

La République Démocratique du Congo est engagée dans la transformation de son système éducatif. Plus spécifiquement, le gouvernement vise une amélioration qualitative de son système éducatif.  Cette volonté du gouvernement est fortement soutenue par ses partenaires techniques et financiers d’autant plus qu’elle cadre avec la Stratégie Sectorielle de l’Education de la Formation (2016-2025).
Cette réforme transformationnelle sur laquelle les partenaires se sont mis d’accord consiste à l’amélioration de la qualité des conditions d’enseignement-apprentissage avec comme thématique « Les enseignants et enseignements de qualité », réforme prioritaire retenu par le Pacte de Partenariat validé en 2022 entre le Gouvernement de la RDC et ses partenaires.
La transformation du système éducatif grâce au financement du GPE, se basera sur une politique holistique et inclusive des enseignants dont l’avantage est d’examiner chaque ordre et type d’enseignement mais aussi les interrelations qui existent entre toutes les facettes de la profession enseignante. Elle permettra également, en donnant une vision plus globale à la question enseignante, de rendre plus cohérents, plus harmonieux et plus équitables la gestion et le traitement des enseignants à travers leur formation initiale et continue prenant en compte également la dimension genre d’une manière transversale.
La formation des enseignantes et des enseignants constitue donc un axe majeur de cette transformation du système éducatif. L’état des lieux établi par plusieurs rapports a fait ressortir « l’insuffisance, le caractère inadapté et non rapproché de la formation continue à tous les niveaux ». Le constat est clair : un virage s’impose dans ce domaine.
La formation continue reçue par un enseignant joue un rôle essentiel dans la qualification de ses pratiques et son développement professionnel. Cependant, il est important de souligner que les performances d’un enseignant, ainsi que celles d’un système éducatif, ne dépendent pas uniquement du nombre de formations suivies. La formation continue est indispensable pour permettre à l’enseignant de s’adapter à son contexte de travail (en tenant compte des besoins spécifiques des enseignants et des caractéristiques de l’environnement) ainsi qu’à l’évolution rapide des connaissances et des techniques.

Par conséquent, la mise à jour de la politique de formation continue des enseignants devrait constituer la première étape de ce processus. Cette mise à jour devrait être suivie d’un programme-cadre visant à rendre cette politique opérationnelle.
Le Projet EFFICACE (Education des Filles, Formation Initiale et Continue des Enseignants et Appui à la Continuité de l’Education) est financé par le GPE, avec l’AFD et la Banque Mondiale en tant que co-agents partenaires, et l’UNICEF et l’UNESCO intervenant comme agences d’exécution. Dans sa sous-composante 2.3, un dispositif de renforcement des capacités des enseignants et directeurs d’école en fonction sera mis en place. Cette activité a été confiée à l’UNESCO.
En effet, la politique actuelle de formation continue des enseignants date de 2013 et n’a pas été suffisamment mise en œuvre. L’actualisation de ce document fondamental permettra de poser les jalons d’une bonne exécution de cette sous-composante du projet EFFICACE
En outre, la nouvelle politique de formation continue s’alignera à la SSEF et au pacte de partenariat. Elle devra montrer en quoi la formation continue des enseignants constitue un défi et un enjeu, comment répond-t-elle aux nouveaux besoins. Et elle constituera désormais une référence nationale pour tout programme ou toute action de formation continue des maîtres et contiendra les principes et les balises capables de guider de façon sûre les initiatives et les efforts des chefs d’établissement, des enseignantes et des enseignants, des formatrices et des formateurs ainsi que des encadreurs désireux de s’engager dans des actions efficaces et concertées qui visent à assurer la qualité de la formation et le succès des élèves.
Ainsi, le Bureau UNESCO de Kinshasa, dans le cadre du Projet EFFICACE- Part déléguée AFD compte recruter, à cet effet, un(e) Consultant (e) international (e) pour appuyer la mise à jour de la politique nationale de formation continue des enseignants.

 

2. Description des prestations du consultant

 

Sous l’autorité du Chef de Bureau et Représentant de l’UNESCO à Kinshasa, avec la supervision directe du Spécialiste de l’éducation du Bureau de Kinshasa et en étroite collaboration avec le SPACE, l’expert(e)-consultant(e) appuiera l’actualisation de la politique nationale de la formation continue des enseignants et la formulation des conditions pour sa mise à jour.

 

3. Objectifs

 

3.1. Objectif principal 

L’objectif principal est de mettre à jour la politique nationale de formation continue des enseignants de la RDC.

3.2. Objectifs spécifiques

De manière plus spécifique, il s’agira de :
–    Présenter une vision à moyen et à long terme du perfectionnement professionnel des enseignants en RDC.
–    Développer des stratégies de formation continue centrées sur le rôle émergent de premier encadreur pédagogique qu’est le directeur d’école.
–    Redéfinir les missions des encadreurs de terrain et des responsables de la formation continue des enseignants.
–    Renforcer les capacités des membres de l’équipe technique nationale pendant la construction de la politique de formation continue des enseignants et ses enjeux.

 

4. Résultats attendus (Livrable)

1.    Élaboration et validation d’une politique nationale de formation continue des enseignants, ainsi que de son cadre d’implantation et de suivi, conformes à l’Agenda Éducation 2030, au CESA et aux priorités nationales (SSEF et pacte de partenariat).
2.    Renforcement des capacités de l’équipe nationale chargée de l’élaboration de la politique nationale de formation continue des enseignants, avec présentation d’un rapport issu de l’atelier de renforcement des capacités.
3.    Définition claire des missions des responsables de la formation continue des enseignants.

 

En outre, le/la consultant/e international/e devra soumettre trois (3) imprimés du rapport final et une (1) version électronique en français. Le rapport devra contenir tous les éléments indiqués dans les présents Termes de Référence (TdR) avec un sommaire exécutif de deux (2) pages au plus.

 5. Méthodologie

Cette consultation débutera par des discussions avec l’UNESCO, le SPACE et les structures responsables de la FCE afin de convenir du cadrage de la mission, de la démarche méthodologique, des outils à utiliser et du chronogramme prévisionnel du travail. Elle reposera sur une revue documentaire et des entretiens avec les autorités nationales, les principaux acteurs impliqués dans la FCE, notamment les syndicats, les enseignants, les comités de gestion des écoles, les confessions religieuses et les Partenaires techniques et financiers.

Ainsi, le/la consultant(e) international(e) aura pour mission de :
•    Faciliter la mise en place d’une équipe nationale chargée d’actualiser la politique nationale de formation continue des enseignants.
•    Animer un atelier de renforcement des capacités des experts de l’équipe nationale sur l’élaboration de la politique de formation continue des enseignants.
•    Faciliter l’identification des stratégies et des priorités nationales en matière de formation continue des enseignants dans le contexte congolais.
•    Superviser la rédaction du document de Politique nationale de formation continue des enseignants et animer l’atelier de sa validation.
•    Formuler un cadre d’implantation et de suivi de la politique de formation continue validée.

 

6. Assignation et plan de travail

Le/la consultant(e) travaillera sous l’autorité du Chef de Bureau et Représentant de l’UNESCO à Kinshasa, avec la supervision directe du Spécialiste de l’éducation du Bureau de Kinshasa. La durée de la mission sera de 30 jours ouvrable, s’étendant du 15 juillet au 15 septembre 2024. Le calendrier global devra être rigoureusement suivi pour respecter les échéances.
Cette durée prend en compte l’animation de l’atelier d’induction, l’identification des priorités, la préparation des supports techniques sur les thèmes des priorités identifiées, la consolidation des documents validés, l’analyse des incidences politiques et financières, ainsi que la préparation du cadre d’implantation et de suivi de la politique. Le/la consultant(e) international(e), en concertation avec le commanditaire, devra proposer un calendrier respectant la période retenue pour sa réalisation.
De plus, le/la consultant(e) international(e) principal(e) devra être disponible pour effectuer deux missions (au début et à la fin de la consultance) à Kinshasa/RDC, aux périodes à déterminer.

COMPETENCES (Fondamentales / Managériales)

Responsabilité (F)
Communication (F)
Innovation (F)
Partage des connaissances et volonté constante d’amélioration (F)
Planification et organisation (F)
Culture du résultat (F)
Travail en équipe (F)
Professionnalisme (F)

Pour plus d’informations, merci de consulter le Référentiel des compétences de l’UNESCO.

QUALIFICATIONS REQUISES

Éducation : 

 

•    Diplôme universitaire de niveau Licence, Master, Ph.D. ou équivalent dans les domaines des sciences humaines, de l’éducation ou autres sciences sociales pertinentes.

 

Expérience professionnelle : 

 

•    15 ans d’expérience ou plus dans le domaine de l’éducation, en particulier dans les études diagnostiques et l’élaboration de politiques éducatives.
•    Bonne connaissance des stratégies sectorielles en éducation et des problématiques liées au perfectionnement professionnel continu des enseignants, principalement dans les pays africains.
•    Expérience approfondie dans la collecte et l’analyse de données pour le renforcement des capacités des ressources humaines.
•    Participation à la rédaction de plans sectoriels portant sur le diagnostic ou l’évaluation des systèmes éducatifs.
•    Accompagnement des pays dans l’élaboration et la mise en œuvre de politiques et de stratégies éducatives.
•    Excellente capacité d’analyse, de synthèse et de communication (écrite et orale) en français.
•    Esprit d’équipe et aptitudes à travailler avec diverses compétences.
•    Maîtrise parfaite de la langue française (langue de rédaction du rapport) et capacité d’écoute, de communication et d’animation.
Langue : 

• Excellente connaissance du Français écrit et oral

PROCESSUS DE SÉLECTION ET DE RECRUTEMENT

Veuillez noter que tous les candidats doivent remplir une demande en ligne et fournir des informations complètes et exactes. Pour postuler, veuillez visiter le site Web de l’UNESCO carrières. Aucune modification ne peut être apportée à la candidature soumise.

L’évaluation des candidats est basée sur les critères de l’avis de vacance de poste et peut inclure des tests et/ou des évaluations, ainsi qu’un entretien basé sur les compétences.

L’UNESCO utilise des technologies de communication telles que la vidéo ou la téléconférence, la correspondance par e-mail, etc. pour l’évaluation des candidats.

Veuillez noter que seuls les candidats sélectionnés seront contactés et que les candidats à l’étape de sélection finale seront soumis à une vérification des références sur la base des informations fournies.

L’UNESCO rappelle que la considération dominante dans le recrutement du personnel doit être la nécessité d’assurer à l’Organisation les services de personnes possédant les plus hautes qualités de travail, de compétence et d’intégrité. L’UNESCO applique une politique de tolérance zéro à l’égard de toute forme de harcèlement. L’UNESCO s’est engagée à atteindre et à maintenir une répartition géographique équitable et diversifiée, ainsi que la parité des genres parmi les membres de son personnel dans toutes les catégories et à tous les niveaux. En outre, l’UNESCO est résolue à atteindre une diversité de personnel sur le plan du genre, de la nationalité et de la culture. Les candidatures de ressortissants d’États membres non et sous-représentés (veuillez cliquer ici pour la dernière mise à jour) sont particulièrement bienvenues et vivement encouragées. Les personnes issues de groupes minoritaires et de groupes autochtones, ainsi que les personnes handicapées, sont également encouragées à postuler. Toutes les candidatures seront traitées avec la plus grande confidentialité. Une mobilité mondiale est requise pour les membres du personnel nommés sur des postes internationaux.

L’UNESCO ne prend de frais à aucune étape du recrutement.

https://careers.unesco.org/job/Kinshasa-CONSULTANT%28E%29-INTERNATIONAL-%28E%29-EN-APPUI-A-LA-MISE-A-JOUR-DE-LA-POLITIQUE-DE-FORMATION-CONTINUE/796765302/

Partager cette offre d'emploi