Recevoir les alertes d’emploi sur Whatsapp ou Telegram

WHATSAPP            TELEGRAM          X (TWITTER) 

Consultant pour l’appui à l’élaboration du plan stratégique d’amélioration de la qualité de soins

Expirée

AVIS A MANIFESTATION D’INTERET D’UN CONSULTANT POUR L’APPUI A L’ELABORATION DU PLAN STRATEGIQUE D’AMELIORATION DE LA QUALITE DE SOINS

—————————————————

I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION

La Constitution de la République démocratique du Congo (RDC) garantit le droit à la Santé, considéré comme l’un des droits fondamentaux de l’Homme.

Pour y arriver le pays a opté pour une stratégie de la couverture santé universelle dont le président de la république a défini la vision : « « Conscient que la santé est un des droits fondamentaux des congolais, j’en ai fait l’un des principaux piliers de mon action à la tête de l’Etat. Ma vision est que tout congolais ait accès à tous les soins et services de santé de base dont il a besoin, sans encourir une ruine financière ou économique ».
La mise en place d’un système de Couverture Santé Universelle (CSU) comme la stratégie la plus adaptée pour conduire le peuple congolais sur le chemin vers l’accession à ce droit. Dans cette stratégie l’amélioration de la qualité de soins est un chantier vaste pour améliorer et faire clore la stratégie.

L’amélioration de la prestation des soins de santé exige de mettre délibérément l’accent sur la qualité des services de santé, afin de dispenser en temps opportun des soins efficaces, sûrs et centrés sur la personne selon des modalités équitables, intégrées et efficientes.
Par qualité des soins, il faut entendre le degré auquel des services de santé s’adressant à des individus et à des populations accroissent les chances d’obtenir les résultats de santé souhaités et sont conformes aux connaissances professionnelles actuelles.
Selon le guide de l’OMS(*1) Le niveau de qualité des soins est sous optimal dans nos pays en voie de développement ; les données suivantes montrent que, dans la plupart des pays, en particulier les pays à revenu faible et moyen la qualité des soins et services disponibles pour la population reste un défi majeur :

  • L’application effective des lignes directrices pour la pratique clinique dans les pays à revenu faible et moyen est inférieure à 50 % dans plusieurs types de situations, aboutissant à des soins prénatals et infantiles de qualité insuffisante et à des pratiques de planning familial inadéquates.
  • L’initiative sur les indicateurs de prestation des services fait apparaître dans quelques pays à revenu faible et moyen d’importantes variations en termes d’absentéisme des prestataires de soins (de 14.3 à 44.3 %), de productivité quotidienne (de 5.2 à 17.4 patients), de précision du diagnostic (de 34 à 72.2 %) et d’application des lignes directrices pour la pratique clinique (de 22 à 43.8 %).
  • Une analyse systématique de 80 études montre que les pratiques cliniques sous optimales sont courantes dans les établissements de soins primaires, tant publics que privés, de plusieurs pays à revenu faible et moyen.
  • Les données de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) sur les pays à revenu faible et moyen montrent que, dans ces pays, entre 19 et 53 % des femmes âgées de 50 à 69 ans n’ont pas accès au dépistage par mammographie et qu’entre 27 et 73 % des adultes âgés (65 ans et plus) ne sont pas vaccinés contre la grippe.

Pour ces raisons et tant d’autres comme le délabrement des infrastructures, la carence en matériels de prestations, l’instabilité du personnel, le ministère de la santé a pris la résolution de se doter d’un Plan d’Amélioration de la Qualité des Soins de Santé pour espérer atteindre la couverture santé Universelle et pour pallier à ces inconfort sus énumérés l’élaboration d’un plan stratégique d’amélioration de la qualité reste une voie de sortie de la situation qui n’épargne pas la république démocratique du Congo.

Ce processus partira selon de modèle suivant(*2) :

  • De la mise en place des structures dirigeantes pour la qualité (un comité de pilotage de la qualité au niveau du pays) dont les rôles et fonctions sont clairement définis mais  il faudra penser comment les intégrer dans l’organigramme actuel du ministère
  • De l’adaptation des standards de soins
  • De la Conduite d’une analyse/évaluation de la situation
  • De s’assurer que les infrastructures essentielles sont opérationnelles
  • De la mise en œuvre des activités de la démarche qualité
  • De l’évaluation continue de la qualité et des résultats
  • De l’Affinement des stratégies pour passage à l’échelle

Le pays est dans un processus d’évaluation de la qualité, plusieurs démarches et outils ont été mis en œuvre et actuellement l’approche démarche qualité intégrée et les autres outils existant sont en train d’être mis en œuvre, le consultant aura la charge d’approfondir ces outils et conduire une démarche d’amélioration des outils, la définition des stratégies après une analyse situationnelle plus approfondie.

L’élaboration de ce plan stratégique de la qualité s’appuie sur les piliers ou composantes identifiés dans l’analyse de la situation de la santé dans le plan stratégique de la Couverture Santé Universelle et qui sont des éléments capitaux dans l’amélioration de la qualité des soins et services de santé. Le consultant est appelé à avoir une bonne maitrise et compréhension de la CSU.

Avec l’appui de l’ambassade de grande Bretagne de Kinshasa, SEMI va coordonner le processus de production de ce plan et canaliser les efforts des autres partenaires du ministère de la santé à cette fin.

C’est dans ce cadre qu’un consultant est recruté pour appuyer le processus de l’écriture du plan et sa vulgarisation au niveau du pays.
L’actuel processus vise à mettre en place des stratégies et définir les moyens nécessaires pour améliorer la qualité des soins et services rendus à la population pour une période de 5 ans de 2024 à 2030.

L’OMS reconnait que La qualité des services de santé est un impératif mondial en vue de la couverture santé universelle ce qui renforce encore de plus la vision du pays motive la production d’un plan stratégique d’amélioration de la qualité des soins.
Le présent terme de référence décrit le processus pour répondre à ce besoin d’appuyer le pays à produire son Plan Stratégique d’Amélioration de la Qualité de Soins au niveau du pays (PSAQS).

II. INFORMATIONS GENERALES

Titre du posteConsultant d’appui à l’élaboration du plan stratégique d’amélioration de la qualité de soins
Durée36 jours ouvrables étalés sur 2 mois
LieuRDC (basé à Kinshasa)
Date de début de la consultationDécembre 2023
Date limite pour la soumission des livrables de la consultationFin Janvier 2024
MissionAccompagner le ministère de la santé dans le processus d’élaboration du Plan Stratégique d’Amélioration de la qualité des soins de santé et des outils standardisés de mesure de la qualité des soins.
Pour toute précision :Pour besoin des informations supplémentaires contacter :
Dr Léon KATAMBAYI
Primary Health care and quality Senior Technical Advisor / SEMI
Leon.Katambayi@sanru.org

III. FONCTIONS DU CONSULTANT

Sous la collaboration et la supervision du secrétaire général a la sante publique a travers Conseiller Technique chargé de la mise en œuvre des Soins de santé Primaire et amélioration de la qualité et de la DGOGSS à travers la division en charge de la qualité de la direction des soins de santé primaire, l’expert devra s’acquitter des attentes suivantes :

  • Procéder à la revue documentaire de tous documents et outils de qualité existant au ministère de la santé dans le but d’aboutir à un processus fédérateur de l’évaluation et l’amélioration de la qualité.
  • Définir les jalons de l’évaluation de la qualité des soins au niveau du pays en tenant compte des indicateurs évalués dans les grandes enquêtes organisées au niveau du pays à l’exemple de SARA, MICS et enquêtes de mortalité, CAP et enquête de couverture.
  • Réadapter la vision stratégique de la qualité en fonction du contexte et des échanges d’étude (le ministère de la santé avec SEMI ont effectué une mission d’étude au Ghana pour un échange sur leur plan stratégique, les leçons apprises pour le processus d’écriture du Plan stratégique National d’Amélioration de la qualité des soins.
  • Contribuer à la finalisation du contexte de la mesure de la qualité de soins au niveau du pays en utilisant les résultats des Démarche qualité intégrée (DQI) par pilier de la mesure de la qualité de soins ;
  • Organiser la mise à jour des outils de mesure de la qualité et la définition des stratégies d’évaluation et d’amélioration de la qualité des soins.
  • Produire le draft 0 du plan stratégique partant des productions des différents ateliers et mission d’évaluation en intégrant des mécanismes de contrôle de la qualité au cœur de notre système de santé c’est-à-dire :

a. Assurer la formation et le maintien d’un personnel de santé de haute qualité ;
b. Maintenir un niveau d’excellence dans l’ensemble des établissements de soins ;
c. Garantir l’utilisation sûre et efficace des médicaments, des appareils médicaux et autres technologies ;
d. Assurer l’utilisation efficace des systèmes informatiques dans le domaine de la santé ;
e. Mettre au point des mécanismes de financement aptes à soutenir l’amélioration constante de la qualité
f. Définir un paquet d’activités requises a chaque niveau du système de santé  pour assurer la qualité  de soins.

  • Constituer des commissions de lecture du plan stratégique et centraliser l’ensemble des feedbacks et produire le draft 1du plan ayant intégré les retours des commissions de lecture
  • Produire la version finale du plan stratégique d’amélioration de la qualité et organiser le prétest des outils de mesure sur terrain
  • Finaliser le plan stratégique en fonction des contributions du prétest et appuyer l’élaboration du premier plan opérationnel national de l’amélioration de la qualité tiré du cadre de résultat du plan stratégique.
  • Si possible Élaborer un plan de communication et de plaidoyer pour favoriser l’appui et l’engagement des parties prenantes de l’ensemble du système de santé.

IV. PROFIL DU CONSULTANT

  • Être titulaire d’un Master en santé publique/ avoir un PhD est un atout majeur
  • Jouir d’une expérience de terrain dans la gestion des infrastructures de santé et d’une bonne connaissance du système de santé congolais ;
  • Avoir une bonne connaissance de la stratégie santé universelle (CSU)
  • Bonne expériences et expertises de conduite d’études, revues ou cartographies, avec une bonne capacité d’écriture des documents stratégiques et des rapports en RDC ou dans un contexte similaire
  • Bonne compréhension de la thématique de l’approche qualité et la prise en charge correcte des malades,
  • Compétences d’analyse et de synthèse, et de communication notamment avec des acteurs divers
  • Avoir une connaissance du contexte de la RDC et de la problématique d’amélioration de la qualité des soins pour être en mesure de conduire une bonne analyse contextuelle ;
  • Avoir une bonne connaissance du travail de terrain ;
  • Justifier d’au moins 10 années d’expériences dans l’appui au système de santé et particulièrement au processus d’amélioration de la qualité des soins ;
  • Jouir des très bonnes relations avec les cadres de la santé et être influent pour être à même de mobiliser les personnes autour de la question de qualité ;
  • Bonne capacité rédactionnelle avec un recul dans l’élaboration des stratégies,
  • Capacité à travailler dans un environnement multiculturel ;
  • Maîtrise de la langue française et jouir de la disponibilité immédiate pour ce travail

V. RESULTATS ATTENDUS

Ce processus va aboutir à la :

  • Elaboration d’une politique de la qualité et d’une stratégie de mise en œuvre dans le cadre du plan national établi officiellement pour le secteur de la santé et son costing ;
  • Préparation d’un document de fond sur la qualité, généralement un document autonome rédigé à l’issue d’un processus national de consultation des parties prenantes dirigé ou soutenu par le ministère de la santé ;
  • Définition d’une stratégie nationale de mise en œuvre de la qualité, accompagnée d’un plan d’action détaillé et incluant une section précisant les domaines d’intervention essentiels ;
  • Adoption d’une législation et de textes réglementaires pour soutenir la politique et la stratégie en faveur de la qualité.
  • Extraire le plan de la mise en œuvre de PSNAQS pour la province SEMI et son costing ?

VI. METHODOLOGIE DU TRAVAIL

L’accompagnement du pays dans l’écriture du plan stratégique se fera en 5 phases ou étapes :
1. Plaidoyer et engagement du ministère de la santé (a été fait pour amorcer le processus, le consultant pourra le faire en fonction des défis et initiative pour finaliser le travail en cours si besoin il y a)
2. Etat de lieu et collecte des informations existantes (? focus groupe ? interviews ? quel est le niveau de participation des provinces ?  Y aura-t-il des ateliers provinciaux ? consultation nationale. Un travail préalable a été fait, le consultant pourra le faire en fonction des GAP d’information identifié.
3. Phase de l’écriture du plan : le (la) consultant(e) sera la plaque tournante du processus pour :

    • Coordonner le travail d’écriture
    • Animer et coordonner le travail dans le groupe et en plénière
    • Résumer les différentes discussions
    • Finaliser et mettre en forme la monture finale du plan

4. Prétexte des nouveaux outils/outils révisés,
5. Animer les séances de costing du plan stratégique ainsi du premier plan opérationnel ;
6. Adoption du plan stratégique et dissémination : coordonner tous les processus de relecture du plan, la présentation aux commission et CCT pour la validation du plan ;
7. Proposer un plan de dissémination et vulgarisation.

VII. LIVRABLES CONTRACTUELS

Au cours du contrat jusqu’à sa le contractant est tenu à :

  • Le rapport sur l’évolution périodique du processus basé sur la feuille de route ;
  • Les différents rapports des réunions et d’ateliers d’élaboration du plan stratégiques
  • Les rapports financiers des missions auxquelles, il (elle) a eu à faire
  • Le plan stratégique finalisé qui est une condition de paiement final de la consultance.

VIII. MODALITE DE PAIEMENT

Les conditions et modalités seront discuté lors de la signature du contrat, séance après laquelle le (la) consultant (e) fourni ses coordonnées selon les modalités discutées et actées avec le (la) candidat(e).

Ce contrat est géré par IMA lead de la mise en œuvre du projet SEMI à travers son conseiller en charge de Soins de santé primaire et qualité des soins en collaboration avec le ministère de la santé.

Le cahier de charge ainsi que les livrables du consultant seront élaboré ensemble avec la DGOGSS et SEMI.

1. Comment postuler ?

Toute personne intéressée devra transmettre son dossier uniquement par la voie électronique à l’adresse E-mail suivante : hrdrc@imaworldhealth.org au plus tard le 08 Décembre 2023 en copiant Pkasumba@imaworldhealth.org avec comme objet du message IMA/HR/AMI/SEMI /11/2023.

Seuls les candidats présélectionnés seront contactés.

Le dossier de candidature doit comprendre :

  • La lettre de motivation adressée au Directeur des Ressources Humaines de IMA World Health RDC ;
  • Le CV détaillé du candidat avec description claire des expériences pertinentes en rapport avec les tâches ci-dessus énumérées ;
  • Les contacts de trois personnes références pouvant certifier les informations fournies par le candidat.

IMA World Health promet l’égalité des chances et encourage les candidatures des personnes qualifiées, indépendamment de la race, du genre, de la religion, de l’orientation sexuelle ou handicap.

Le Recrutement se fera localement c’est-à-dire à KINSHASA.

 

La Direction des Ressources Humaines

 

—————————————

(*1) Qualité des soins un impératif mondial en vue de la couverture santé universelle

(*2) Standards pour l’amélioration de la qualité des soins maternels et néonatals dans les établissements de santé, OMS 2017

  • L’offre d'emploi a expiré !
Partager cette offre d'emploi